Les foules se bousculent au portillon des casinos en ligne suisses

Dimanche 21 mars 2021

Même si l'offre légale est récente en Suisse, les casinos en ligne ont rapidement su séduire une large audience. C'est aussi un effet de la crise du Covid-19, mais la tendance semble durable et inquiète les milieux de la prévention.

Le plus grand casino de Suisse, à Zurich, est fermé en raison du Covid-19, comme les 20 autres maisons de jeu du pays.

Mais les pertes du groupe auquel il appartient sont pratiquement compensées par les gains en ligne. Son casino numérique, qui tourne à plein régime, compte déjà 80’000 joueurs enregistrés en à peine plus d'un an et le chiffre d'affaires s'envole.

"Le lockdown nous a un peu aidés"

"On était étonnés de voir à quel point le marché a bien réagi, on n'a pas pensé à 47 millions de francs la première année", remarque le directeur général de Swiss Casinos samedi dans le 19h30 de la RTS. "Naturellement le lockdown [confinement], en mars, nous a un peu aidés", reconnaît Marc Baumann.

La pandémie et ses conséquences ont dopé les affaires des sept casinos en ligne ouverts en 2020, avec un produit brut qui atteint 186 millions de francs. Cela représente 41% du chiffre des casinos terrestres, lui-même en baisse de 40% en raison des quatre mois de fermeture.

En ligne, "on est presque au cinéma"

La plupart des joueurs sont des hommes entre 30 et 45 ans, mais on trouve aussi des femmes. "Vous voyez vraiment qu'il y a une variété énorme de jeux", confie l'une d'entre elles.

Laëtitia a perdu des milliers de francs, mais cela ne l'empêche pas de jouer encore, consciente de l'engrenage pernicieux. "En ligne, on est désorienté", témoigne-t-elle. "On est presque au cinéma en quelque sorte, on n'a pas une matérialité qui nous permet de peut-être prendre la mesure des sommes qu'on dépense".

Des joueurs mieux contrôlés?

Ces risques sont du reste reconnus par les maisons de jeu. "Le casino en ligne est en général un peu plus dangereux qu'un casino terrestre", avoue Marc Baumann. "Mais de l'autre côté, on a un beaucoup plus grand contrôle sur le jeu car on voit tous les mouvements de jeu que vous faites."

Swiss Casinos dit avoir bloqué quelque 360 joueurs l’an dernier en raison de jeu excessif, soit l’équivalent d’un par jour. Mais si la technologie permet de mieux surveiller, elle permet aussi de mieux cibler et d'attirer de nouveaux joueurs grâce à la publicité.

Pubs omniprésentes et excessives

"Le problème est que la loi dit qu'on ne devrait pas faire de publicité excessive. Mais, pour nous, la publicité est clairement excessive parce qu'il y en a partout", relève la chargée de projet Jeux d'argent au Groupement Romand d'Etudes des Addictions (GREA).

"Et il y en a tout le temps", poursuit Camille Robert. "Maintenant, il suffit que je scrolle sur les réseaux sociaux et je tombe tout de suite sur des publicités de casinos."

Les dépenses publicitaires des casinos ont dépassé l'an dernier les 10 millions de francs. Pour la Commission fédérale des maisons de jeu, il n'y a cependant rien d'excessif ou d'illégal.

Son directeur l'assure, le numérique facilite les contrôles: "On a un dispositif d'enregistrement des données auxquelles on a accès en tout temps", souligne Jean-Marie Jordan. "Et si on a des doutes, une question sur un sujet, sur un joueur ou un domaine particulier, on peut accéder à ces données, les vérifier et voir si le casino a rempli son devoir et son obligation".

A ce jour, quatre casinos en ligne ont été condamnés, dont deux notamment pour avoir adressé des publicités à des joueurs interdits de jeu. Les amendes infligées vont de 100'000 francs à plus d'un million de francs.

(source : rts.ch/Gabriel de Weck/oang)


#Tags

#JEU EN LIGNE #PUBLICITE #MILLIONS #AFFAIRES #LOCKDOWN #CONTROLES #DIRECTEUR #PUBLICITES #EXCESSIF