Fribourg renonce à bannir la réclame pour le casino

Dimanche 9 juillet 2023

Casino Barrière de Fribourg SA

Le Conseil général de la capitale cantonale autorise finalement la publicité pour les jeux d'argent, qu'il avait décidé d'interdire en première lecture du règlement de police, en avril dernier.

La publicité pour les jeux d'argent échappe au couperet en ville de Fribourg. Une première mouture du règlement de police, acceptée en avril dernier, prévoyait d'interdire toute réclame pour ce type d'activités sur le domaine public de la commune. Le Conseil général a changé d'avis mardi soir.

Le parlement de la capitale avait accepté en première lecture une proposition des groupes vert et socialiste visant à bannir les publicités «pour l’alcool, le tabac, les crédits à la consommation, les jeux d’argent, les énergies fossiles et les produits pétroliers ainsi que la publicité à caractère discriminatoire, raciste ou sexiste» (La Liberté du 6 avril). Au nom du groupe PLR, David Krienbühl a demandé mardi soir de sortir les jeux d'argent de la liste: «Cela pourrait mettre en péril bon nombre de soutiens et de subventions à la culture et au sport à Fribourg et dans le canton», a-t-il plaidé.

Millions pour la culture

«Nous parlons ici de plusieurs dizaines de millions qui ont été versés ces dernières années par le Casino Barrière de Granges-Paccot, de manière directe ou indirecte, en faveur d’associations. Nous pensons notamment à Coriolis (association de communes pour la politique culturelle dans l'Agglomération de Fribourg, ndlr) et au Festival international de films de Fribourg», a précisé David Krienbühl.

Pour Claudine Sautaux (le centre), l'interdiction de publicités pour les jeux d'argent impacterait non seulement le casino fribourgeois mais aussi la Loterie romande. «Une interdiction de réclame pour les jeux d'argent rendrait moins visibles ces acteurs pour le plus grand bonheur des opérateurs étrangers qui proposent des jeux sur internet et qui ne se soumettent à aucune de nos lois ni aucun contrôle.»

Non à la publicité commerciale

Le groupe des Verts a au contraire décidé de maintenir son amendement du mois d'avril exigeant l'interdiction de toute publicité «à visée commerciale» sur le territoire de la commune. Auteur de la proposition, Oliver Collaud (verts) a estimé que le caractère omniprésent de la publicité «n'a rien d'anodin» et «nivelle notre société vers le bas». Évoquant une «pollution visuelle», l'élu écologiste a également rappelé «les phénomènes de surendettement et de surconsommation qu'il faut ajouter aux ravages sociaux et écologiques». Une interdiction de toute réclame commerciale ferait perdre quelque 700'000 francs par an à la commune, un sacrifice supportable selon lui.

«Cette vision me paraît doctrinaire, sans compter que la publicité migrera vers d'autres supports»

Proposition jugée «populiste et complètement hors-sol» par Pascal Wicht (udc), la demande des Verts a également reçu des critiques du camp chrétien-social par la voix de Maurice Page: «La publicité est une branche industrielle importante et on porterait un coup assez fort aux entreprises qui travaillent dans ce domaine. Cette vision me paraît doctrinaire, sans compter que la publicité migrera vers d'autres supports.» Au final, le plénum a préféré maintenir les réclames commerciales par voie d'affichage, y compris celles pour les jeux d'argent, plutôt que de les interdire, par 45 voix contre 16.

Taxes abolies

Le Conseil général a également confirmé mardi l'exonération de taxes communales pour les organisateurs de manifestations: un principe déjà adopté en avril. Les «associations de quartier, culturelles, sociales, sportives locales et de commerçants locaux» seront exonérées «pour les autorisations relatives aux activités à but non lucratif qu'elles organisent et aux manifestations d'intérêt public.»

Au chapitre de «la moralité publique», le plénum avait décidé ce printemps d'interdire explicitement «le harcèlement de rue, ainsi que les formes d'expression à caractère discriminatoire, raciste ou sexiste.» Une formulation définitive, proposée par Le Centre/PVL et reprenant les termes du Code pénal, a mis la majorité d'accord. Elle condamne toute discrimination envers des personnes à cause de leur «appartenance raciale, ethnique, religieuse, de leur sexe ou de leur orientation sexuelle.»

L'organe délibérant de la ville a d'autre part accepté à une large majorité d'investir 2,9 millions de francs pour le projet de «requalification de la place du Pertuis et de la rue de la Neuveville». Les centristes se sont notamment inquiétés du fait que la ville procède à de tels aménagements sectoriels, visant à canaliser le trafic routier, alors que le parking de liaison proche de la gare CFF n'a pas encore été réalisé.

(source : laliberte.ch/PC)




Publicité présumée pour l’offre de jeux non autorisée de « Stake » : classement de la procédure

Berne, 04.06.2024 - La Commission fédérale des maisons de jeu (CFMJ) a classé la procédure [...]

Les casinos en ligne illégaux détiennent 40 pour cent du marché

Selon une étude commandée par la Fédération suisse des casinos, les casinos en ligne illégaux [...]

Meta condamné à empêcher toute nouvelle publicité illicite contrefaisant les marques du Groupe Barrière

Depuis plusieurs mois, le Groupe Barrière est victime d’une campagne massive d’utilisation [...]

Deux milliards de francs dans les jeux d'argent

Panorama suisse des addictions 2024(extrait - Jeux de hasard et d'argent) Énormes bénéfices [...]

Les influenceurs peuvent-ils promouvoir des jeux d'argent sur Instagram?

La publication d'une influenceuse suisse faisant la promotion d'un jeu d'argent sème la [...]

Casino Barrière de Fribourg SA
Casino Barrière de Fribourg SA
Adresse

Route du Lac 11
CH-1763 Fribourg
+41 26 467 70 00

Voir la fiche