Le casino de Lugano est accusé de tolérer l'activité d'usuriers.

Jeudi 13 novembre 2003

Le casino de Lugano tolérerait sciemment entre ses murs l'activité illicite d'usuriers et de repris de justice. C'est ce qu'affirme l'association italienne "Sos racket et usure". Elle a remis une série de preuves au Ministère public tessinois.

"Plusieurs dirigeants avaient été informés par les employés que des personnages louches prêtaient de l'argent aux joueurs à des taux exhorbitants", a lancé Frediano Manzi, président de l'Association "Sos racket et usure". Selon lui, ces usuriers dont plusieurs repris de justice italiens, jouaient eux-mêmes de fortes sommes sur les tapis verts.

L'association basée à Milan a mis le casino de Lugano sur la sellette à la mi-octobre. Elle agissait sur demande de deux joueurs italiens grugés par les cambistes. Le 16 octobre dernier, l'association déposait une plainte formelle devant les autorités judiciaires italiennes et tessinoises.

Les accusations lancées par Frediano Manzi contre le casino de Lugano avaient été rapidement démenties par le conseil d'administration et par la direction de la maison de jeu. De son côté, Giorgio Giudici maire de Lugano - propriétaire de l'établissement à 70% - avait affirmé ne rien savoir à ce propos.

Prise à partie, l'association "Sos racket et usure" a aligné une série de preuves dans un dossier de 33 pages remis mercredi aux ministères publics de Milan et de Lugano. Elle cite les propos des employés du casino et fournit les reprises vidéo des caméras de surveillance. Ces éléments lui permettent d'affirmer qu'au moins huit usuriers illégaux séviraient à Lugano.

(source : limpartial.ch)


#Tags

# CASINO DE LUGANO #ASSOCIATION #USURIERS #FREDIANO #EMPLOYES #PLUSIEURS #ITALIENS #RAPIDEMENT #ETABLISSEMENT