Australie - La reconnaissance faciale s'invite dans les casinos

Lundi 7 juin 2021

Technologie : En Australie, les salles de jeux s'équipent d'une technologie de reconnaissance faciale pour identifier les personnes interdites de jeu.

Vix Vizion, en partenariat avec Cradlepoint, a été installé dans plus de 80 % des casinos, clubs et pubs d'Australie. La technologie de reconnaissance faciale permet de trier les personnes interdites de jeu de manière automatique. Depuis le 3 décembre 2020, d'importantes réformes sur les jeux d'argent sont entrées en vigueur en Australie, et l'entrée dans les salles de jeux d'argent a été renforcé.

« La technologie de reconnaissance faciale soutiendra et aidera davantage les établissements sous licence à assumer leurs responsabilités en matière d'identification des clients interdits de jeu, en alertant le personnel de l'établissement lorsqu'un client interdit de jeu est détecté à l'entrée de la salle », explique le South Australian Consumer and Business Services (CBS).

En vertu des changements, le titulaire d'une licence de machine de jeu doit, aux fins d'identifier les personnes interdites d'accès entrant dans une zone de jeu, exploiter un système de reconnaissance faciale si la licence pour les locaux autorise l'exploitation de 30 machines de jeu ou plus.

« Les titulaires de licence doivent, par un avis affiché à chaque entrée d'une zone de jeu, informer chaque personne qui est sur le point d'entrer qu'un enregistrement de l'image faciale de la personne sera effectué au moyen du système de reconnaissance faciale approuvé », ajoute le CBS.

8 systèmes de reconnaissance faciale déjà approuvés par le gouvernement L'Etat impose que les titulaires de cette licence ne peuvent pas utiliser un système pour encourager ou inciter une personne à jouer, pour des programmes de fidélisation de la clientèle ou une loterie, ou pour identifier une personne exclue en ce qui concerne des locaux autres que ceux sous licence en relation avec lesquels le système fonctionne.

Il existe actuellement huit systèmes de reconnaissance faciale approuvés par le gouvernement qui peuvent être installés par les casinos. La technologie de reconnaissance faciale fournie par Vix Vizion, Imagus Facial Recognition, capture une image des personnes qui entrent dans un établissement. La société explique qu'elle compare ensuite cette image à une base de données numérique des personnes interdites et auto-exclues, détenue par le gouvernement australien. Auparavant, les établissements de jeux disposaient de photographies sur papier, obtenues à partir de diverses listes de personnes interdites. Le système était donc entièrement manuel.

En utilisant Cradlepoint NetCloud et des routeurs 4G, Vix Vizion indique fournir un système de reconnaissance faciale distribué et connecté qui automatise ce processus. Son logiciel fait correspondre les images des visiteurs avec la base de données gérée par le gouvernement.

Un système sécurisé et fiable

La technologie de reconnaissance faciale de la société, ainsi que les données biométriques, peuvent également détecter les changements personnels dans l'apparence des personnes, atteignant des taux de détection avec plus de 90 % de fiabilité. Si une personne de la "liste noire" parvient à entrer dans un lieu surveillé, le logiciel Vix Vizion envoie une alerte pour prévenir la sécurité de l'établissement.

« Nous applaudissons l'initiative du gouvernement d'Australie du Sud d'utiliser la technologie pour protéger les communautés. Comme la technologie infuse tous les aspects de notre vie, y compris dans les jeux, il est important d'en tirer parti pour aider à assurer la sécurité et le soutien des personnes dans le besoin », affirme Gavin Wilson, directeur général de Cradlepoint APAC.

Vix Vizion ajoute qu'elle prévoit de déployer des solutions similaires dans les établissements de jeux dans d'autres Etats australiens. Dans l'avenir, peut-être verrons nous ce système se déployer en Europe ?

(source : ZDNet.com)


#Tags

#RECONNAISSANCE FACIALE #RECONNAISSANCE #PERSONNES #TECHNOLOGIE #GOUVERNEMENT #PERSONNE #INTERDITES #AUSTRALIE #ETABLISSEMENT



Pas d'autre article pour le moment ...